adoption 3 questionnement

Publié le par Louise Hémon

Nous avons le troisième rendez vous avec la psy pour l'adoption. Les deux premiers rendez vous était des rendez vous seul, le mien c'était très bien passé, celui de monsieur à commencer un peu moins bien, la psy a compris que je ne voulais pas d'enfant biologique alors que je n'ai pas dit ça.

Du coup lors du troisième rendez vous j'ai pris conscience que monsieur à déballer ces peurs lors du précédent rendez vous et comme la communication n'est pas son fort (je précise que le sachant j'essaie de communiquer un maximum avec lui) j'ai tout découvert au rendez vous, je n'était pas complètement surprise mais j'ai bien senti que la psychologue avait des doutes quand à nos capacité à pouvoir accueillir un enfant au cours de ce temps d'échange le champ de l'adoption c'est complètement réduit. A la fin de la séance elle nous a dit qu'elle mettais notre dossier en pause car il y avait des failles dans notre couple. Elle nous re-contact fin du mois pour savoir ce que l'on fait.

Ça a été un choc pour moi. Elle nous a dit on a vraiment été honnête et c'est rare. J'ai la sensation qu'on c'est tirer une balle dans le pied. J'ai eu besoin de temps pour digérer ce qu'il c'était passer.

Depuis j'ai continué à lire toute la documentation sur l'adoption (lien en bas de l'article). Et il y a un cliché qui persiste nous pays développer nous voulons sauver des enfants des pays pauvres car il y a beaucoup d'abandon dans les pays pauvres, ce qui est faux et grâce à la convention de la Haye les institutions ce sont mis en place dans les pays pour que la majorité des adoptions se passe dans le pays ce qui fait qu'il y a de moins en moins d'enfants à adopter tout comme de moins en moins d'abandon. C'est la raison pour laquelle c'est de plus en plus long d'adopter.

J'ai eu un moment de désespoir je le reconnais le temps d'accueillir mes émotions. Depuis je me suis reconnecter à cette flamme qui m'anime, le désir de cette enfant. J'ai fini de lire la documentation envoyer, les témoignages (même si on pouvais passer tout une vie à lire des témoignages). Grâce à la vidéo de Chloé Bloom :

 

Je continue à y croire et à faire en sorte que cela puisse se produire en mettant toute les chances de notre côtés.

Après en avoir discuté avec plusieurs parents j'ai compris que c'est courant d'avoir des peurs avant d'être parents et que c'est pas forcément des points en moins, Chaque couple à ces failles et à deux on peu les surmonter.

La prochaine étape ça va être de poser plus de questions à la psy et d'éclaircir ces incompréhensions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article